Originaire du Sud Ouest de la France, région réputée pour  ses spécialités de canard, de foie gras et autres insanités de ce genre, j’ai grandi sans m’intéresser réellement à ce qui se trouvé dans mon assiette.

Lorsque j’ai déménagé dans le Nord en 2013, et enfin pris mon indépendance je n’ai pas pu résisté! Je me nourrissais exclusivement de junk food, de charcuteries, de produits industriels et de boissons gazeuses sans me soucier de ce que je faisais subir à mon organisme.

En seulement un an j’ai pris plus de 12 kilos, j’avais perdue toute estime de moi même, je me sentais sans cesse affaiblie, dépressive, fatiguée. Je me suis alors mis en tête que pour retrouver confiance en moi je devais prendre soin de moi, me maquiller tous les jours, faire des gommages et autres soins de marques qui me coutés un bras. Influencée par de célèbres youtubeuses, je consommais sans cesse. Pendant cette longue année je n’ai fait qu’une seule chose, dépensé de l’argent inutilement et stocker des tas de cosmétiques.

dsc_0206

Puis début 2015, au détour d’une vidéo beauté, je suis tombé sur « le discours le plus important de votre vie » de Gary Yourofsky et pour moi ça a été le déclic. C’est donc à cette période que j’ai commencé  à m’intéresser au rôle de l’alimentation, aux bienfaits qu’une alimentation saine était capable d’apporter à ma vie. Pour moi le végétarisme et à terme le végétalisme étaient évident, néanmoins étant une grande carniste et vivant avec un omnivore, j’ai eu du mal à me détacher de ce mode de vie.

J’ai regardé des reportages convaincants et parfois choquants qui m’ont noués l’estomac. Mais j’ai eu du mal, certainement par égoïsme. Puis j’ai fini par sortir de ma zone de confort petit à petit et me suis faite à l’idée que la viande qui se trouvait dans mon assiette était tout simplement un morceau de cadavre, un animal à qui on avait enlevé la vie dans la souffrance seulement parce que j’aimais ça. Et depuis ce jour, je n’ai pas remangé de viande.

Au fil de mes recherches, j’ai aussi découvert l’impact de la production de produits laitiers, j’ai ainsi appris qu’une vache, une brebis ou une chèvre fonctionne exactement comme nous et ne produit du lait que durant la gestation et que pour cela ces mères sont inséminées artificiellement chaque année puis séparées de leurs petits qui eux sont envoyés seulement quelques heures après leurs naissance à l’abattoir.

A vrai dire je n’ai jamais été trop produits laitiers, je n’aime ni le lait, ni les yaourts ni les fromages mous et n’en consomme pas, depuis toujours. Les seules exceptions que j’apprécie sont les fromages durs, la crème fraiche et le fromage râpé mais je n’en mange plus non plus depuis un moment.

Comme tu l’as sans doute compris, je suis devenue végétalienne.

dsc_0207

D’après ce que j’ai pu voir, le fait de se revendiquer végane aujourd’hui amène beaucoup de critiques et de jugements, que ce soit de la part de membres extérieurs ou internes à la communauté. Nos actions sont pour certains trop extrémistes, engagées et pour d’autres elles ne le sont pas assez. 

Je ne consomme, ne porte et n’achète aucun produit d’origine animal. Je suis de tout coeur avec ces gens qui osent et qui se battent chaque jours pour tous ces animaux innocents. Mais je n’ai pas ce tempérament la, je suis discrète, sensible, calme, je n’aime pas m’imposer, militer même si je trouve ça extrêmement courageux et important, je ne pense pas en être capable.

J’agis à ma façon, dans mon quotidien, en donnant l’exemple mais aussi en informant les gens autour de moi quand le sujet s’y prête, ou encore ici en te proposant des alternatives éthiques et respectueuses.

Je suis June, je respecte notre terre et tous ses habitants. Ici, on ne juge pas, on ne mord pas et on ne fait pas la morale.

Et toi, c’est quoi ton histoire ?